Sélectionner une page

Lubitel 166 B… et sa surprise

Au début des années 1990, alors que la photo numérique n’était pas encore connue du grand public, j’ai eu envie de sortir du classique format 24×36, maître de l’univers argentique, en me procurant un format 6×6 abordable, le fameux LOMO Lubitel 166, vestige de l’ère soviétique.

Cet appareil extrêmement basique m’a toujours séduit par son côté archaïque, son extrême simplicité de conception et d’utilisation et par la rigueur que son utilisation impose pour obtenir une image correcte.

Puis un jour, un cambrioleur a emporté le boîtier et je n’ai jamais remplacé ce “jouet”. Cerise sur le gâteau, quelques années plus tard, une inondation a détruit l’ensemble des clichés que j’avais eu le plaisir de capturer avec ce boîtier russe.

Retour à l’argentique : le Lubitel 166 s’impose

Le temps passe et, après de nombreuses années de photo numérique, voila qu’une envie subite de me remettre à l’argentique est venue me piquer. J’ai encore quelques vieux appareils, dont certains à soufflet, mais le besoin de retrouver le viseur d’un Lubitel 166 sous mes yeux s’est fait pressant. Après quelques clics sur eBay, je constate avec joie que ces appareils sont largement disponibles d’occasion et je tombe sur une vente qui allait se terminer dans quelques heures et dont les enchères ne s’envolaient pas. Résultat, me voilà à nouveau propriétaire d’un Lubitel 166 B pour la somme de 12 euros !

Le facteur sonne, le colis est là, je l’ouvre. L’appareil semble en parfait état de fonctionnement (bien que très poussiéreux) et, surprise… il contient une pellicule Kodacolor Gold 200 qui a été entièrement exposée.
Immédiatement, je contacte le vendeur pour lui signaler cet oubli. Sa réponse ne tarde pas : “J’ai acheté l’appareil sur un vide grenier, la pellicule était déjà dedans et je ne saurai pas retrouver la vendeuse.”

Le Lomo Lubitel 166 B acquis sur eBay et sa pellicule surprise.

Le Lomo Lubitel 166 B acquis sur eBay et sa pellicule surprise.

Mieux qu’un Kinder Surprise, le Lubitel 166 B surprise !

Que contient cette pellicule ? Je me suis débarrassé de mes produits de développement, de mes bacs, de mon agrandisseur et de ma lumière rouge il y a plus de 15 ans, impossible de développer le film tout de suite.

Je vais donc faire ce que l’on faisait avant l’arrivée de la photo numérique : être patient. La pellicule vient de partir par la Poste dans un labo pour y être développée. Y aura-t-il des clichés exploitables dessus ou sera-t-elle entièrement voilée ? Mystère pour l’instant, la réponse dans quelques jours et dans un prochain article !

Mise à jour : la suite est à lire ici.

À propos de l'auteur

Manu

Une âme d'enfant dans un corps d'ours. Passionné par les passionnés, adore découvrir, apprendre et s'émerveiller. Son leitmotiv : Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + un =